- Home -
 Histoire de Klicevac

 Klicevac

 Les habitants

 CONTACT



8. L'époque contemporaine

Après des siècles d'occupation turque et de décadence, la Serbie commence lentement son émancipation. Cependant, le pays gouverné par le prince Milos est encore loin d'être démocratique, le peuple est toujours sujet à des discriminations et soumis à un fort impôt.

C'est vers la seconde moitié du XIXème siècle qu'apparaissent les partis politiques. Le gouvernement devient alors la cible de bataille politique et plusieurs renversement de pouvoir se succède. Des parlementaires réussissent à faire abdiquer le prince Milos, son successeur le prince Michel est assassiné au bout de deux ans de règne. Le fils de Karadjordje, le prince Alexandre vient gouverner, mais lui aussi est assassiné avec sa femme la princesse Draga.
Entre 1895 et 1899, un habitant de Klicevac, Stojan Stojicevic est député à l'assemblé nationale. Il est également maire de Klicevac. La population garda un très bon souvenir de lui car il est à l'origine de la construction, entre 1900 et 1902, des trois principaux édifices du village, à savoir l'école, la mairie et l'église.

Au début du XXème siècle plusieurs guerres sont venus saigner la Serbie. Il y eût d'abord, en 1912 et 1913, deux guerres balkaniques, une contre les Turcs et l'autre contre les Bulgares, puis vint en 1914 la première guerre mondiale.
Plusieurs habitants de Klicevac ont participé à ces guerres et beaucoup sont morts. Parmi ces morts, il y avait Stojan Kostadinovic qui fut mobilisé en 1912. Il combattit dans la coalition alliée composée de Serbe, Grecque et Bulgare contre les Turcs et mourut sur le champ de bataille en mars 1913 pour la libération de la ville de Edirne (actuellement en Turquie, anciennement appelée Andrinople ou Odrin) et cela quelques temps avant la fin de la seconde guerre balkanique dont le traité de paix fut conclu à Bucarest en août 1913. En 1914, l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand fut le déclencheur de la première guerre mondiale. En représailles, l'empire Austro-Hongrois envahie la Serbie. Cette guerre fut terrible pour le peuple serbe et pour les habitants de Klicevac. Les hommes étaient tous au front qui se situait sur le Danube, seuls les femmes et les enfants restèrent à Klicevac. En 1915, Klicevac fut bombardé par l'aviation autrichienne, 3 bombes atteignirent le village. Il fut également la cible de l'artillerie autrichienne se situant de l'autre coté du Danube. Le 7 octobre 1915, l'armée autrichienne envahie la région. La majorité des habitant fuièrent le village, ceux qui restèrent, furent fait prisonnier et déportés dans des camp de travail à Arad (ville se situant aujourd'hui en Roumanie). La mère de Stojan mort à Edirne, Marija Kostadinovic, âgée de 57 ans, passa 6 mois dans un camp de travail à Arad, alors que sa bru Mileva Kostadinovic avec ses enfants, Zivko et Bosiljka, passa un mois cachés dans les forêts alentours. En 1918, la victoire des armées serbes et des Alliés permit le retour des combattants.


Des militaires serbes en 1922
Après la 1ère guerre mondiale, Klicevac fait partie d'un nouvel état, le royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, puis en 1929 du royaume de Yougoslavie. Le village reprend la voie du développement, il exporte des céréales et du bétail. En 1923, il est élevé au rang de municipalité, mais il ne le restera que quelques années, les habitants ne voulant pas payer un impôt supplémentaire.

Le 27 mars 1941, le pacte de non agressivité signé par le gouvernement serbe avec l'Allemagne fut rejeté par la population, sortie dans la rue en scandant "On veut la guerre, pas le pacte. Le 6 avril 1941, Belgrade est bombardé, faisant 2000 morts. En moins de 10 jours l'armée allemande envahie le pays, le Roi s'exile et un gouvernement d'occupation est instauré avec à sa tête le général Nedic.
Pendant cette occupation qui durera quatre ans (1941-1945), la population vit dans la peur, elle est contrainte à fournir de la nourriture aux Allemands. Les razzias sont courantes dans les villages. Les opposants sont déportés dans des camps en Allemagne ou à Banjica.
Le village Klicevac n'est pas exempt des razzias, ainsi en octobre 1941, deux habitants de Klicevac, les commerçants Zivko Dacic et Vukica Stankovic furent tués puis pendus à un arbre de la cours de l'école du village. Toute la marchandise du magasin de M. Dacic fut emportée et cela avec la voiture volée de Stevan K. Vasic.
A plusieurs reprises tous les habitants furent regroupés sur la place de la mairie. Une fois ce fut pour la mort de deux Allemands, retrouvés noyés dans le Danube près du village Ram. En colonne par deux, les habitants défilaient devant la fenêtre de la mairie à travers laquelle des agents allemands essayaient d'identifier les assassins. Deux habitants de Klicevac furent reconnus, Dragoljub Mirkovic et Zivan Mitrovic. Capturés, ils furent emmenés à Banatska Palanka, ville dans laquelle stationnait la police fluviale et où ils furent torturés. Mais grâce au témoignage du maire du village Ram : " J'ai vu deux militaires allemands près du Danube tourner autour des barques, et après en avoir dérobée une, ils sont partis en direction de la Roumanie. ", les deux habitants de Klicevac avec d'autres accusés furent libérés. Ces autres accusés étaient des bûcherons de la société JAMNIK de Hrastovaca.
Mais la grande terreur des habitants de Klicevac était un Hongrois appelé Joshka, il vivait en Serbie, à Kostolac, depuis la 1ère guerre mondiale, il était berger. Avec l'arrivé des Allemands il rentre dans la collaboration. Son principal rôle était d'approvisionner en nourriture l'armée allemande, et pour cela il organisait des razzias dans les villages. Armé jusqu'aux dents, il obligeait Zivko Pantic, un habitant de Klicevac, à partir avec son cheval distribuer une liste aux maires des différents villages alentours. Sur cette liste était inscrit la quantité de nourriture à apporter à Klicevac où attendait Joshka avec une jeep. Les gens avait vraiment peur de lui car c'était lui qui assassinat les commerçants Zivko Dacic et Vukica Stankovic. Il brûlât aussi la maison de Dacic et celle de Dragoljub Ivanovic-Belet qui quitta le pays et ne revint jamais. A la libération, il fut capturé et après avoir été battu, il fut tué par les Partisans de l'armée yougoslave.
L'armée bulgare est aussi venue à Klicevac, un matin, elle encercla le village et lorsqu'elle voulu regrouper les habitants sur la place de la mairie, Dobrosav Glisic tentât de s'enfuire pour donner l'alerte mais il fut rattrapé et tué. L'armée bulgare reparti après avoir pillé le village.
Pendant cette guerre, le village fut bombardé à partir d'un bateau stationné sur le Danube à Banatska Palanka. Seuls des dégâts matériels étaient à déplorer.
Les Croates profitent de l'occupation de la Yougoslavie pour créer un état indépendant, c'est la grande Croatie fasciste d'Ante Pavelic. La population non croate est chassée ou exterminée dans des camps de concentration comme Jasenovac. C'est ainsi qu'une cinquantaine de familles réfugiées de Croatie arrivent à Klicevac, où la population les héberge et les nourrie grâce à l'aide de la croix rouge. A la fin de la guerre, pendant la période 1945-1946, ces familles sont envoyées en Voïvodine dans les maisons laissés libres par les Allemands.
Dans le pays, la résistance des Partisans communistes se développe sous la direction du Croate Josip Broz dit Tito, tandis qu'une autre résistance, moins bien organisée, s'organise autour de Draza Mihajlovic, un royaliste, surnommé le "général des balkans". Tito libère le pays, renverse la monarchie, liquide les Tchetniks serbes et prend le pouvoir.

Aussitôt après avoir instauré le régime totalitaire du parti unique, les dirigeant communistes commencent de grandes réformes, une politique de nationalisation est menée. Les sociétés privées sont fermées. La réforme agraire touche particulièrement Klicevac. On limite la possession de terre à 10 hectares pour les paysans et à 3 hectares pour les commerçants ou les fonctionnaires. Le surplus est confisqué sans dédommagement pour le compte du fond de l'agriculture. Le fond redistribue ces terres à des paysans disposants de moins de 3 hectares. La superficie totale des terres arables de la commune de Klicevac est de 2000 hectares, à l'époque certains propriétaires terriens étaient en possession de 50 à 100 hectares. On confisque des porcs et des ovins, ils seront données aux nouveaux paysans. Le parti instaure également des corvées (actions de travail) pour la reconstruction du pays.

Au début des années 1970, un grand nombre d'habitant a immigré pour des raisons économiques vers l'Europe occidentale. Aujourd'hui, rare sont les familles qui n'ont pas au moins un membre travaillant à l'étranger. Les principaux pays d'immigrations sont l'Autriche, l'Italie, l'Allemagne et la France.

Cartes des Balkans (source : www.atlas-historique.net)
Carte de la 1ère guerre balkanique
Carte de la 2nde guerre balkanique
Carte des Balkans à la veille de la 1ère guerre mondiale


© 2008. Klicevac.free.fr
Srpski | English | Bibliographie | Liens