- Home -
 Histoire de Klicevac

 Klicevac

 Les habitants

 CONTACT



Organisation de la famille

Klicevac connu au XIXème siècle une relative prospérité. Sa position stratégique - située près du Danube alors frontière de la Serbie - et ses grandes étendus de terre arable de la plaine du Stig, permirent aux habitants, dont les principales activités étaient l'agriculture et l'élevage, de commercer avec l'empire Austro-Hongrois. Des embarcations chargées de bétail remontaient régulièrement le fleuve vers Vienne. La Serbie était alors le principal fournisseur en cochon et en porc de la capitale de l'empire.

A cette époque la Serbie venait tout juste d'obtenir son indépendance face à la Turquie et la majorité des habitants vivait encore dans la misère. La possession de terre était donc un bien inestimable. Les propriétaires terriens s'enrichissait rapidement, alors que le reste des habitants était employé comme main d'œuvre et payé au bon vouloir des employeurs. Dans ce contexte la possession et la sauvegarde des terres dans le giron familiale était primordiale. Ainsi l'organisation de la vie dans le village, comme dans toute la paysannerie, se faisait autour de la famille. Ce type d'organisation familiale dit " famille souche " se caractérise par le regroupement de plusieurs générations dans le même foyer, mais avec un seul couple à chaque génération. Le groupe est basé sur un bien, un patrimoine qui fait vivre la famille, c'est-à-dire la terre. Pour éviter la dispersion de ce patrimoine, il ne doit y avoir qu'un seul héritier à chaque génération, les autres enfants devant partir moyennant une dot de compensation (souvent dérisoire). L'aîné jouissait d'un droit de primogéniture et était considéré comme successeur au premier degré. Mais ce principe n'était pas rigide, et le successeur pouvait être le cadet, voire la fille, le choix se faisant par le paterfamilias suivant les critères de la bonne continuité de la tradition et de la bonne gestion des terres. L'attribution du pouvoir dans la famille était dévolu soit à l'homme le plus âgé (famille patriarcale), soit à la femme la plus âgée (famille matriarcale). Le chef de famille avait la gestion de l'argent et c'est lui qui prenait toutes les décisions importantes, souvent de façon autoritaire.

Cette organisation familiale a, dans une moindre mesure, perduré jusqu'à nos jours. Cependant, ces trente à quarante dernières années, l'évolution de la société a fait que les valeurs ont changé. La terre a perdu sa valeur d'antan et les gens se sont tournés vers d'autres sources de revenue. Au début des années soixante-dix, Klicevac a connu une première vague d'émigration vers l'Europe occidentale (Autriche, Italie, Allemagne, France…), une seconde vague a eu lieu dans les années 90 en raison des guerres d'ex-Yougoslavie. Ces émigrés qui gardèrent un très fort lien avec le village d'origine et la famille ont permis une évolution des mentalités et des habitudes. Aujourd'hui la quasi-totalité des foyers ont des membres travaillant à l'étranger et apportant de l'argent. La famille s'articule donc maintenant autour d'eux. L'homme le plus âgé, chef de la famille d'autre fois, n'est plus celui qui dirige.


© 2009. Klicevac.free.fr
Srpski | English | Bibliographie | Liens