- Home -
 Histoire de Klicevac

 Klicevac

 Les habitants

 CONTACT


7. L'insurrection serbe

Après le traité de paix de Belgrade de 1739, la Serbie est à nouveau aux mains des Turcs et un nouveau gouvernement est instauré. Le territoire est découpé en 700 régions, appelèes "Timores" et gouvernées par des "Spahijes", qui sont fidèles à l'autorité ottomane. A la tête des "Nahijes", qui regroupaient plusieurs Timores, se trouvaient des princes, lesquels avaient deux représentants auprès du vizir.


Assassinat de Moustafa-Pacha par les janissaires
C'est le soulèvement des janissaires contre le Sultan qui fut le déclencheur de la première insurrection serbe contre l'occupant turc. Profitant du déclin du pouvoir ottoman à la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle, les janissaires, qui suivant le traité de Svistovski n'étaient pas autorisés à pénétrer dans le Pachalik de Belgrade, s'approprièrent de force des villages pour y récolter l'impôt. Moustafa-Pacha, vizir de Belgrade, s'appuyant sur une armée composée de Serbe, essaya de les repousser, mais sans succès. En 1802, les janissaires pénètrèrent dans Belgrade, assassinèrent le vizir et prirent le pouvoir en tant que Dahije.

Les Serbes révoltés, essayèrent de s'organiser et demandèrent de l'aide au Sultan et aux pays voisins. Mais pour étouffer ce début de résistance serbe, les Dahijes entreprirent l'élimination des dirigeants serbes, c'est ainsi qu'ils commencèrent la décapitation des princes.


Carte nord-est de la Serbie
Dans les rangs de Stanko Arambasic, qui fut l'un des premiers à s'être soulevé contre les janissaires, il y avait Milenko Stojkovic originaire de Klicevac. Lorsque en 1804 commença la décapitation des princes, Milenko, qui menait une vie tranquille dans son village, prit le maquis et constitua une milice. Apprenant qu'une insurrection mené par Karadjordje a commencé dans la Sumadija contre les Dahijes, il décide d'armer des hommes dans les principautés de Ram, Pec, Rec, Zvizd et Porec, nomme des officiers (Zivka Sljivic de Brezane, Rajica N. de Gradista et Djordje N. de Petka-Gornje) et commence immédiatement des attaques contre les Turcs. Le 3 mars 1804, les troupes de Milenko incendient les habitations turques à Bihotin et Kusic. Le 4 mars, ils détruisent le Khan de Pozarevac. Le 8 mars, toute la Nahija de Pozarevac est en rébellion, plus de 2000 hommes en arme cherchent à rejoindre les troupes de Karadjordje.


Karadjordje
Le conflit commençant à prendre des proportions importantes, on décida de faire appel au vizir de Bosnie, Becir-Pacha, pour servir de médiateur. Lorsqu'il arriva à Belgrade avec ses Spahijes, les janissaires refusèrent de le recevoir et se réfugièrent dans la fortification d'Adakale en emportant avec eux tout l'or de Blegrade. Le vizir Becir-Pacha, continuant de jouer le rôle de médiateur, rédiga une lettre déstinée à l'administrateur d'Adakale, dans laquelle il écrit que le Sultan désire que les Dahijes soient livrés aux Serbes. Milenko Stojkovic avec 40 hommes et le Spahije de Pozarevac furent choisis pour apporter la lettre à Adakale. Pendant que ses hommes étaient cachés dans la forêt, Milenko, habillé en Valaque, se présenta seul à l'administrateur Ibrahim Redjep. Après avoir lu la lettre, Ibrahim prit peur et lui répondit de revenir le soir pour lui indiquer le lieu où se cachaient les Dahijes. Le soir venu, Milenko avec ses hommes réussi à tuer les quatre Dahijes et s'empressa de les rapporta à Belgrade empalé.

Pour arrêter l'insurrection, qui commençait à gagner toute la Serbie, les Turcs décidèrent d'envoyer leur armée régulière. Le 16 août 1805, à la bataille d'Ivankovac, les troupes de Milenko Stojkovic remportèrent une victoire éclatante. L'armée turque fut mise en pièce et leur commandant Hafis-Pacha fut blessé.


Drapeau serbe
S'inspirant des Russes, les insurrectionnels serbes décidèrent en 1805, de créer un Soviet (conseil), dans le but d'avoir un organe de commandement centralisé. Le Soviet était composé de 12 membres, chacun représentant une nahije (province). Le représentant de la nahije de Pozarevac était Jovan Popovic, le seul, en plus du Serbe, à lire et écrire le Turc et le Grec. C'est Karadjordje qui le premier voulut regrouper le commandement de l'insurrection. A cette époque, l'insurrection était encore séparée en trois centres. Le premier était la Sumadija mené par Karadjordje, le second était la nahije de Valjevo mené par Jakov Nenadovic et la troisième était tout le nord-est de la Serbie dont le commandant était Milenko Stojkovic.

En 1811, une nouvelle organisation du pouvoir est instaurée. Les Voïvodes sont élevés au rang de fonctionnaire d'état. Milenko Stojkovic est choisi pour être le ministre des affaires étrangères et reçoit des mains de Karadjordje, signé par le Soviet, sa lettre de nomination. Mais pour des raison de pouvoir, Milenko Stojkovic refusa ce poste. Il entra en conflit avec Karadjordje et, malgré les protestations de la nahija de Pozarevac, dû s'exiler en Russie.

La déroute des troupes serbes commenca en 1813. Le célèbre combattant Hajduk Veljko fut tué, la ville de Deligrade tomba aux mains des Turcs et Karadjordje quittat le pays.

Un document provenant du commandement, retranché à Pancevo, nous informe que le 12 août 1813 les troupes turques sont entrées dans Klicevac. Elles ont immédiatement brûlé la maison du Voïvode Milenko Stojkovic, puis se sont retranchées sur les hauteurs du village. Elles avaient dans l'intention de détruire toutes les habitations appartenant aux commandants insurrectionnels. Un autre document, se trouvant actuellement dans les archives de la ville de Zemun dit "Les Serbes défaits fuient dans toutes les directions, le village Klicevac est entièrement brûlé."

Après la fuite de Karadjordje à Zemun le 13 octobre 1813, la ville de Belgrade est à nouveau occupé par les Turcs et un nouveau vizir, Sulejman-Pacha, est nommé. De tous les Voïvodes, seul le Voïvode Milos Obrenovic se rendit aux Turcs. Après de vains efforts pour éviter les représailles turques contre la population serbe, Milos Obrenovic décida, lors d'un conseil à Takovo, d'une nouvelle insurrection, la deuxième, en disant "Me voilà, vous voilà et maintenant la guerre aux Turcs". Plusieurs combats furent menés pour la libération de la région de Pozarevac. Un accord de paix fut conclu à Bucarest assignant les Turcs à rester dans les villes. Les Serbes pouvaient eux même récolter l'impôt. L'autonomie de la Serbie fut officiellement reconnue en 1830, mais les deux dynasties (les Karadjordjevic et les Obrenovic) se disputèrent le trône de Serbie jusqu'en 1903.

En 1865, une commémoration fut organisée à Klicevac pour fêter les 50 ans de la seconde insurrection. En tout 8 habitants de Klicevac avaient participé à l'insurrection. A Belgrade, une commémoration fut organisée le 25 mai 1865. Tous les combattants de l'insurrection encore vivant, furent décorés de la croix de l'ordre de Takovo. Aux familles des disparus, il fut remis des médailles en argent.

L'époque comtemporaine


© 2017. Klicevac.free.fr
Srpski | English | Bibliographie