- Home -
 Histoire de Klicevac

 Klicevac

 Les habitants

 CONTACT


Nos origines sont inscrites dans nos gènes

J'ai personnellement participé à une étude menée par National Geographic sur les migrations humaines. Cette étude permet à chacun de connaître le chemin migratoire suivi par ses ancêtres il y a plus de 60 000 ans et dont l'origine est la corne d'Afrique. Pour cela, j'ai envoyé de France un échantillon de mon ADN (ma salive), il ne pouvait donc pas savoir que ma famille est originaire des Balkans. Quelques mois après, j'ai recu le résultat que voici.

A partir de mon chromosome Y (chromosome du sexe masculin qui est le plus susceptible de subir des mutations, certains prédisent même sa disparition, il n'a qu'une centaine de gène alors que le chromosome X du sexe féminin en a plus de 2000), ils ont pu m'identifier comme faisant partie de l'haplogroupe I2a (P37.2). L'haplogroupe décrit un ensemble d'individu qui a eu le même chemin migratoire depuis l'Afrique il y a 60 000 ans. L'haplogroupe I2a a eu pour ancêtre un seul individu appelé l' "Adam eurasien" portant le marqueur scientifique M168. Cet homme qui vivait en Afrique il y a environ 31 000 à 79 000 ans est l'ancêtre de tous les non africains vivant aujourd'hui. Ses descendants ont migrés hors d'Afrique et sont devenus la seule lignée à survivre en dehors du continent d'origine.
On suppose que c'est l'augmentation de la population et donc le manque de nourriture qui a contraint ces individus porteurs du marqueurs M168 à chercher de nouvelles terres de chasse. Un climat favorable et l'augmentation des espèces animales les ont entraîné vers le nord-est de l'Afrique. C'est vers cette époque que les premiers outils et un art primitif apparurent, suggérant un changement mental et comportemental de ces individus. Ce changement est peut être dû a une mutation génétique donnant ainsi un avantage cognitif de "l'Adam eurasien" sur ses contemporains humains maintenant éteint.
Il y a 45 000 ans, une seconde grande migration humaine hors d'Afrique eu lieu, les marqueurs M89 apparurent. Ils surgirent de la lignée M168 et se dispersèrent dans les plaines du moyen orient. Quelques 90 à 95% de tous les non-africains d'aujourd'hui sont descendant de cette lignée. La plupart d'entre eux s'installa au moyen-orient, mais d'autre continuèrent leur mouvement et suivirent les terres fertiles d'Iran et les vastes steppes de l'Asie centrale. Les chasseurs du groupe M89 s'étendirent et peuplèrent toute l'étendue du continent Eurasien. Un groupe descendant des M89 remonta vers le nord de l'Asie centrale, l'Anatolie et les Balkans, délaissant les plaines fertiles pour des forêts et des montagnes. Bien que leur nombre ait été faible des traces génétiques de leur déplacement sont visibles aujourd'hui. L'haplogroupe I2a2 est répandu dans le sud-est et le centre de l'Europe, il est typique des Slaves dinarques (Croates, Serbes et Bosniaques). Sa plus forte densitée se trouve dans l'ex-Yugoslavie et la Moldavie. Les membres de ce haplogroupe porte le marqueur M170 vieux de 20 000 ans et le marqueur P37.2 vieux de 11 000 ans.
Des déplacements postérieurs (vers 500 av. JC) d'individus de cette ligné a peut-être eu lieu avec les Celtes.

Comment a été faite l'analyse de mon ADN.
L'analyse a porté sur les marqueurs SNP (Single Nucleotide Polymorphism) localisés sur le chromosome Y. Leur abondance, leur faible taux de mutation, leur transmission paternelle et leur absence de recombinaison confèrent à ces polymorphismes un intérêt significatif dans les études de génétique de populations. Plus particulièrement, c'est l'analyse des haplogroupes (séries d'allèles aux sites spécifiques dans un chromosome) définis par les SNP qui est spécifique à une population ou une région géographique. Seuls 18 haplogroupes ont été référencés (ils sont notés par une lettre allant de A à R).

Sur cette figure vous avez mon analyse du chromosome Y. A droite est indiqué le résultat de l'étude de la répétition des segments de mon génome qui ont un haut degré de mutation (DYS393, DYS19,…). Le nombre de répétition de ces segments me place dans un des haplogroupes, ici l'haplogroupe I.

Si vous souhaitez avoir plus d'information voici le lien vers le site de National Geographic.


© 2017. Klicevac.free.fr
Srpski | English | Bibliographie | Liens